avatar Pascal MoutonPascal Mouton    10 Mai 2022, 18:39    0   

Le petit village français de Lachapelle-sous-Gerberoy, située au nord-ouest de Paris, a un problème avec la vitesse. Ce n’est pas une situation inconnue. Quelqu’un arrive dans un village avec peu d’habitants et décide qu’il peut conduire à la vitesse qu’il veut. La limite de vitesse dans le village est de 30 km/h, mais à cet endroit il n’y a pas de radar, comme le prévois la loi. En outre, la route principale traversant le village étant une importante voie d’approvisionnement pour les camions destinés au parc éolien voisin, aucun ralentisseur ou autre dispositif de limitation de vitesse n’a pu être installé.

De 30 à 50 km/h

En conséquence, la limite de vitesse de 30 km/h était régulièrement dépassée. Frustrés par la situation, les habitants du village ont décidé de sortir des sentiers battus pour trouver une solution. La solution étant de porter la limite de vitesse à 50 km/h, ce qui permettait dès-lors l’utilisation de radars. En conséquence, la limite de vitesse est désormais mieux respectée. Les gens sont plus en sécurité maintenant.

Oublié, ignoré, négligé

La situation de Lachapelle-sous-Gerberoy démontre plusieurs choses. Premièrement, un gouvernement central ne comprend pas, et n’est sans doute pas en mesure de comprendre, les besoins et les demandes des régions éloignées. À une époque où la gouvernance est guidée par des données, les exceptions sont oubliées, ignorées et négligées. Deuxièmement, Lachapelle-sous-Gerberoy a montré qu’il existe des moyens de forcer les personnes qui vous ont oublié, ignoré et négligé à vous remarquer. Dans ce cas, ce village français a dit aux gens qu’ils pouvaient rouler plus vite, alors ils ont ralenti.

Laisser un commentaire