avatar Gijs GilisGijs Gilis    11 Jan 2022, 19:11    0   

Imaginez : vous travaillez pour une grande entreprise et devez vous rendre à Francfort pour une réunion d’affaires, avec un collègue. Il décide de voyager en avion, vous décidez de prendre votre moto. Qui sera le premier à arriver dans la capitale allemande ? Et quel est le meilleur type de moto pour un tel voyage, principalement sur autoroute ? notre confrère MotorNews B2B l’a découvert pour vous.

3H30 minutes

Invitation : réunion sur les prévisions du marché 2022, dîner inclus. Emplacement : Hôtel Hilton, juste à côté de l’aéroport de Francfort-sur-le-Main. Début de la réunion : 14h00. Mon collègue Tim a de la chance, car un vol de Bruxelles atterrit à Francfort à 13h30. Et ce vol dure exactement une heure, donc il devrait être à l’aéroport vers 10h30. Cela signifie qu’il sera à l’aéroport deux heures avant le vol, avec suffisamment de temps pour s’enregistrer et une marge de manœuvre en cas d’affluence imprévue ou de problème. Le temps de trajet jusqu’à l’aéroport est presque inexistant, car nous travaillons à Bruxelles. Tim veut prendre l’avion car il veut préparer un peu plus sa présentation. J’ai travaillé toute la soirée sur ma présentation d’hier et j’aimerais me détendre un peu en voyageant en moto. Google Maps m’indique que le temps de trajet entre l’aéroport de Bruxelles et celui de Francfort en moto est d’exactement 3h30 minutes. Cela signifie que je dois partir en même temps que Tim et cela pourrait être très excitant de voir qui arrivera en premier.

Aussi détendu que possible

Je dis au revoir à Tim à 10h30 précises. Il se dirige vers les « départs », je pars vers l’autoroute. Mon choix pour ce voyage de 385 km est une moto aussi confortable que possible. Une sur laquelle vous pouvez vous asseoir le plus longtemps possible sans être mal à l’aise. Une moto assez puissante aussi, pour rattraper le temps perdu sur l’autoroute allemande sur les tronçons illimités. La BMW R 18 Transcontinental répond à toutes ces exigences. C’est une machine conçue pour être aussi détendue que possible lorsqu’on roule en ligne droite. Vous vous asseyez dessus comme dans une berline – surtout avec le siège confort en option -, vous êtes protégé du vent et vous pouvez écouter de la musique en roulant grâce au puissant système de haut-parleurs Marshall. Le départ est pourtant difficile, car manœuvrer une machine de 427 kg n’est pas aisé. Le centre de gravité assez bas du bicylindre boxer de 1 800 cm3 aide un peu, mais c’est toujours un mastodonte. Heureusement, ma moto d’essai est équipée d’une marche arrière actionnée avec un petit levier. Lorsque vous appuyez maintenant sur le bouton de démarrage, un petit moteur électrique vous aide à faire marche arrière. Pratique, car vous n’avez pas à vous fatiguer. Mais surtout en sécurité, car vous ne voulez pas tomber avec la R 18.

Vent de travers

Une fois sur la route, il n’y a plus de problème de poids. Grâce à sa construction massive, son poids élevé et son empattement long, la R 18 T est extrêmement stable. Les bandes croisées et les mauvaises portions d’asphalte belge ne la dérangent pas. En raison de l’importance du volume de la machine, vous devez tenir compte des vents latéraux, car ils peuvent la faire dévier considérablement de sa ligne de conduite.

Vitesse de pointe limitée

Le moteur boxer de 1 800 cm3 fonctionne à plein régime. Il n’y a rien à trouver dans les hauts régimes, toute la puissance est dans en bas. Et c’est exactement ce que vous voulez sur l’autoroute. De Bruxelles à Liège. Calmement, à la vitesse de croisière autorisée. Vous pouvez également la régler de manière adaptative, mais je choisis la vitesse standard.

Plus d’une demi-tonne

Au sud d’Aix-la-Chapelle, nous traversons la frontière allemande. Maintenant, nous devons attendre. J’attends ce panneau de signalisation rond et blanc avec des rayures diagonales noires. Y en a-t-il un au loin ? Fausse alerte, pas de dépassement pour les camions. Juste un peu plus de patience. Quoi qu’il en soit, on se sent mieux à 130 km/h qu’à 120 km/h. Et enfin, on peut essorer la poignée l’accélérateur. La BMW monte en douceur à 170, 180 km/h. La stabilité reste intacte et je n’ai pas l’impression d’être sur la route avec plus d’une demi-tonne – moi compris – de poids. À 190 km/h, la R 18 cesse d’accélérer. Limité électroniquement, à une vitesse acceptable. Il y a encore de la puissance disponible, mais une vitesse de croisière de moins de 200 km/h lui permet de rester assez confortable.

Pas de protection parfaite contre le vent

On n’a pas vraiment l’impression de traverser l’Allemagne à cette vitesse. Cela semble si facile et sans effort, alors que vous êtes bien à l’abri du vent et que la machine reste si calme et contrôlée. Pourtant, la protection contre le vent n’est pas parfaite. Je ne m’y attendais pas, avec le pare-brise surdimensionné et toutes les protections sur les jambes. Pourtant, je reçois pas mal de vent sur le dessus de mon casque, ce n’est pas optimal. Pour le reste, presque tout votre corps est complètement à l’abri du vent, même vos jambes et vos pieds. La sensation de vitesse est quelque peu absente, mais la conduite est tellement relaxante.

Stations de radio allemandes

Entre-temps, j’ai déjà dépassé Cologne et mon collègue Tim n’est même pas encore dans l’avion. Selon le GPS intégré, je suis dans les temps, donc pas d’inquiétude pour l’instant. J’allume les enceintes Marshall et je commence à chercher une bonne station de radio allemande. 50 km plus tard, j’arrive à la conclusion qu’il n’y a pas de station de ce type, à moins que je n’aie pas trouvé la fréquence DAB/FM. Je passe donc en Bluetooth et je me mets à chanter sur mes chansons préférées en conduisant. Même à vitesse maximale, la qualité du son reste étonnamment bonne. Cela rend un voyage ennuyeux sur l’autoroute soudainement très agréable.

À vitesse lente

Déjà 3 minutes de gagné. C’est beaucoup trop facile. Mais vous ne pouvez pas penser comme ça ou quelque chose de négatif va se produire : un embouteillage. Heureusement, la circulation n’est pas complètement arrêtée, et je continue à rouler à une vitesse de croisière honorable. Néanmoins, je perds le temps que j’ai rattrapé et je dois garder le rythme le plus élevé possible. Cependant, les tronçons à vitesse illimitée deviennent plus rares et surtout plus courts. Accélérer jusqu’à 190 km/h, freiner jusqu’à 100 km/h. Puis on accélère à nouveau jusqu’à 170 km/h, mais on passe ensuite sur un pont à 120 km/h. Et ainsi de suite pendant des kilomètres. Accélérer et décélérer encore et encore. Et ce n’est pas très bon pour la consommation de carburant. Je compte arriver à Francfort avec un seul arrêt carburant, c’est donc le moment idéal pour le faire. Il reste plus d’une heure, Tim doit être en train d’embarquer. Pendant ce temps, je fais le plein d’essence du réservoir de 24 litres, tout en buvant et en mangeant quelque chose moi-même. Cependant pas le temps de se reposer un peu, il y a une course à gagner ici !

Dernière étape

Alors que Tim doit attendre que l’avion prenne suffisamment d’altitude pour utiliser son ordinateur portable, j’appuie déjà sur le bouton de démarrage et me prépare pour la dernière étape. Après le temps de ravitaillement perdu, il faut rattraper quelques minutes pour être le premier à arriver à Francfort. Heureusement, il n’y a pas trop de trafic et le rythme peut rapidement augmenter. De plus, il est bizarre de constater à quel point on s’habitue rapidement à la vitesse supérieure. À 130 km/h, on a l’impression d’être à l’arrêt.

Qui gagnera ?

Les panneaux portant le symbole d’un avion sont visibles. J’y suis presque. Je n’ai pas pu rattraper le temps perdu, mais il devrait m’en rester assez pour arriver avant Tim. Après tout, il doit encore descendre de l’avion et se diriger vers la sortie de l’aéroport. À 13 h 36, j’arrive au lieu de rendez-vous. Aucun signe de Tim. Ou se cache-t-il quelque part ? Je gare la BMW et m’installe sur la selle arrière. 8 minutes plus tard, déçu mais avec un sourire sur le visage, Tim sort. La moto vient de gagner. Assez facilement, en fait. Ainsi, si vous habitez dans l’est du pays, le temps de trajet en moto est beaucoup plus court, et celui en avion beaucoup plus long. Ce n’est pas un voyage que vous devriez faire sur une naked bike, car le vent constant sur votre corps serait plutôt une agression. Mais avec une BMW R 18 Transcontinental ou toute autre machine de tourisme confortable, c’est la première classe au rendez-vous.

Photos : Jarno Van Osch

Laisser un commentaire