avatar Thierry SarasynThierry Sarasyn    21 Juil 2019, 18:55    0   

Avec la Dirt 6.5, Mash propose une moto qui combine un design de moto rétro populaire avec un monocylindre robuste et un prix très compétitif. Il s’agit là d’un certain nombre de caractéristiques importantes pour devenir une moto à succès. Nous avons donc commencé à chercher une réponse à la question la plus importante qui reste : comment ça marche ?


Une belle filiation

Avec la Dirt 6.5 Mash entre pour la première fois dans le segment des motos de +500cc. Jusqu’à récemment, une 400cc était la moto la plus grosse de la marque française. Mash choisit maintenant un moteur qui équipait la Dominator 650 et la XL600R Honda. Ce sont deux bonnes raisons de lever certains des doutes sur la qualité et la durabilité. Le même moteur refroidi par air délivre 40 ch et 45 Nm. Le gros mono produit une certaine puissance à bas régime, est à son meilleur au milieu et n’est pas opposé à tourner à grande vitesse. Par conséquent, le caractère du moteur ne peut être décrit autrement que comme lisse.

Un prix sans concurrence

Et avec cela, Mash et son nouveau venu sont sur la bonne voie. On peut même interpréter cela dans un sens très large, car il est également clair que la Dirt 6.5 ne sera pas la seule moto dont le constructeur franco-asiatique sera équipé.

La Dirt 6.5 peut donc être considérée comme le précurseur d’une nouvelle génération qui, comme les autres motos de la gamme, associe un concept simple à un concept orignal et un prix fort. Cette 649 cm3 coûte 5 899 euros et c’est une sacrée punition pour une moto de classe moyenne.
Moteur souple et bonne manœuvrabilité.

Style typique

On ne peut pas se tromper et donc la Dirt 6.5 a un style clairement inspiré de la piste. Pneus avec de gros galets : un guidon haut et courbé typique, une position assise orientée vers l’avant et le réservoir distinctif en forme de goutte d’eau. Le tout soigneusement fini, non pas avec des matériaux haut de gamme Brembo ou Öhlins, mais avec des matériaux qui font leur travail correctement.

Les freins nécessitent une certaine pression, mais ils fonctionnent suffisamment bien et certainement assez bien pour le job sur lequel se concentre la Dirt 6.5. Il en va de même pour le reste. Un pilote exigeant et ambitieux peut s’attendre à être déçu, mais il optera pour des motos plus chères et offrant plus de possibilités.

Découpé

Nous avons roulé avec cette moto sur les routes en pente du Limbourg néerlandais, près du point de passage de la triple frontière. Un environnement magnifique et surtout de bonnes routes. Un trajet prévu pour une hypersport moderne, mais aussi pour la Dirt 6.5. Sur l’asphalte lisse, la suspension fait un bon travail et la stabilité est bonne.

La 6.5 n’est pas une pure sportive (question moteur), mais vous pouvez suivre son rythme et, dans les centres des villages ou si la circulation devient plus dense, la moto est encore mieux dans son élément. L’agilité et le caractère lisse du moteur mentionné précédemment sont alors des atouts importants. Peut-être qu’il devrait y avoir un peu plus de punch en haut, même dans les normes du permis de conduire A2, 6 ch supplémentaires seraient tout à fait supportable.

La construction compacte et la structure sans fioritures permettent d’obtenir un poids à sec d’à peine 163 kg. Il reste en dessous de 180 kg. Et vous pouvez le sentir. Cette moto est légère et ludique, ben elle est appelée « Dirt ». Donc, euh…

Le rapport qualité-prix fait de la résistance

Après une demi-journée de roulage et quelques passages devant l’objectif des photographes de Target Press, nous le savions. C’est une moto qui offre un bon rapport qualité-prix. Sans fioritures excessives, mais avec un facteur de plaisir assez élevé. Ce n’est pas nécessairement intéressant de dresser une liste de choses que l’on aimerait avoir en plus, mais on se retrouve alors dans une autre fourchette de prix.

C’est une moto qui offre un bon rapport qualité-prix. Sans fioritures excessives, mais avec un facteur de plaisir assez élevé.

Avec Mash, il s’agit de proposer un matériel simple mais solide qui peut aussi procurer le plaisir de conduire nécessaire. Et avec la Dirt 6.5, ils atteignent cet objectif. Lorsqu’il s’agit d’en avoir pour son argent, la dernière Mash est difficile à battre. Elle convient également aux titulaires d’une licence A2 et se trouve déjà chez les concessionnaires de la marque.

Photos: Pien et Wout Meppelink, Tom Haanstra – Target Press

Données techniques

Moteur
Type : monocylindre à refroidissement par air
Cylindrée : 644 cc
Puissance : 40 ch à 6.000 tr/min
Couple : 45,2 Nm à 4.500 tr/min
Boîte de vitesse : 5 rapports
Transmission finale : pat chaîne

Partie_cycle
Cadre : tubulaire en acier
Suspension av : fourche inversée de 41 mm non réglable
Suspension ar : deux amortisseurs réglable en précontrainte
Frein av : un disque de 320 mm + ABS
Frein ar : un disque de 240 mm + ABS

Dimensions
Empattement : 1420 mm
Hauteur de selle : 780 mm
Poids : 163 kg
Réservoir : 13 litres

Prix
5.899 euros