avatar Gijs GilisGijs Gilis    10 Juin 2022, 9:51    0   

Comportement insolent. C’est tout ce que la Kawasaki Ninja H2 SX SE est vraiment. Une vitrine de ce que Kawasaki peut faire. Une machine qui est si exagérée qu’elle en devient géniale. Un clin d’œil aux autres constructeurs de motos qui doivent se passer d’un compresseur. Montrer qui est l’homme, le type dominant, le fanfaron. C’est tout cela à la fois, la Ninja H2 SX SE, une véritable machine à sensations sur deux roues.

Tant qu’à faire

Le segment des Sport Tourer de Kawasaki est bien fourni. Les débutants apprécieront la Ninja 650, les pilotes confirmés la Ninja 1000 SX et ceux qui ont un gros portefeuille la Ninja H2 SX (SE). Commençons tout de suite par le prix ! La Ninja H2 SX coûte 25 149 € et la H2 SX SE que nous avons testée, avec une suspension électronique et des freins Brembo Stylemas à l’avant, coûte 28 299 €. Et ajoutez encore 849 € pour le kit Tourer Edition avec des sacoches latérales et des sacs intérieurs de luxe. Une somme assez importante, avec un conseil d’achat dès le début de cet article. Allez-y pour la SE ! Les suspensions électroniques et les Brembo fonctionnent extrêmement bien, ce qui vaut la peine de payer le prix fort. Nous pensons également que les acheteurs de ce segment opteront presque tous pour la SE, avec toutes les options possibles. Si vous voulez le faire, faites le bien.

La version SE en une photo : suspensions électroniques Showa et Brembo Stylemas.

Electronique de pointe

Au moins, les ingénieurs de Kawasaki ne se sont pas retenus. Tout ce qui peut être monté sur une moto de ce calibre s’y trouve. Allons-y ! Feux de virage, contrôle de démarrage, contrôle du frein moteur, quickshifter, embrayage assisté et à glissement, contrôle de la traction en trois modes, divers modes de conduite, régulateur de vitesse et… un compresseur. Ce dernier point est bien sûr la raison numéro un pour laquelle vous devriez choisir la H2 SX SE. Ou dans notre cas : pourquoi c’est une machine si intéressante. Le compresseur n’est pas un superchargeur ordinaire, tel que vous le connaissez sur les voitures par exemple. Sur une moto, l’espace est beaucoup plus limité pour installer un tel dispositif. Kawasaki a donc dû faire preuve d’ingéniosité.

Un enchevêtrement de châssis, d’échappements, de panneaux de carrosserie et un compresseur bien intégré.

La soupape pour un gazouillement

Nous pourrions remplir la moitié d’un magazine avec des informations sur le compresseur de suralimentation, mais nous ne le ferons pas car le système, bien que légèrement modifié pour la H2 SX (SE), est déjà connu sur la H2 et la Z H2. Quand même, quelques faits amusants sur ce spécimen. Dans la plupart des cas, un compresseur de suralimentation est accompagné d’un refroidisseur intermédiaire pour refroidir l’air. L’air froid est meilleur pour la combustion que l’air chaud. Dans le cas de la Ninja H2 SX, l’installation d’un intercooler n’est pas intéressante en raison du manque de place, du poids supplémentaire et des coûts additionnels. Le compresseur est donc refroidi par huile et la chambre d’admission est fabriquée en aluminium très rigide, ce qui permet de mieux maintenir l’air froid. Autre fait amusant, ce compresseur de suralimentation est doté d’une soupape de purge pour libérer l’excès de pression dans la chambre d’admission. Lorsque le papillon des gaz est soudainement fermé, le calculateur libère l’excès de pression de la chambre pour empêcher les pales de « s’emmêler ». Le résultat est un fort gazouillement, tout comme une soupape de décharge sur un turbo.

En toute sérénité

En pratique, vous obtenez une puissance de 200 ch et un couple de 137 Nm. Aussi étrange que cela puisse paraître, cela n’a rien de spécial de nos jours. Cependant, le couple est beaucoup plus élevé que celui d’une ZX-10R, par exemple, qui produit (également) 203 ch et 115 Nm à 11 400 tr/min. De plus, grâce à son compresseur, la Ninja H2 SX atteint son couple maximal dès 8 500 tr/min. Cela vous donne des moyens régimes qui n’ont rien à envier aux autres. À partir de 5 000 tr/min environ, le coup de pouce supplémentaire du compresseur de suralimentation se fait sentir, offrant une traction contrôlée, mais extrêmement intense. Si tout reste aussi stable, c’est grâce au châssis rigide qui sait parfaitement comment gérer ce surplus de puissance. Par conséquent, la moto est toujours sous contrôle, même à plein régime sur les petits rapports. L’antipatinage et le contrôle du wheeling, qui fonctionnent parfaitement, maintiennent la roue avant au sol, de sorte qu’après un virage en épingle à cheveux, vous pouvez sans honte vous lancer à fond en première vitesse. Sensations garanties !

J’entends siffler la Kawa

En général, la puissance de traction est l’une des caractéristiques clés qui rendent la moto si addictive. La Ninja H2 SX SE n’est pas différente, mais le gazouillis de la soupape d’échappement est encore plus addictif que le fait de couper parfaitement chaque courbe du Col de votre choix. Entrer dans un virage, freiner brusquement et descendre rapidement quelques rapports pendant que le sifflet vole autour de vos oreilles. Un plaisir auditif sans égal. Brutal, spécial et inspirant.

Ce n’est pas la photo qui met le plus en valeur la H2 SX SE. Le pot d’échappement pourrait être plus agressif.

Tout commence à 200 km/h

Sans parler de l’immense courbe de puissance qui se déchaîne lorsque vous pouvez donner un coup d’accélérateur sur les tronçons illimités de l’Autobahn. Les vitesses inférieures à 200 km/h ne méritent même pas d’être évoquées. C’est ce qui se passe au-dessus de ce double 100 qui est vraiment impressionnant. De 200 à 250 km/h en un clin d’œil, puis en trottinant jusqu’à 300 km/h sans le moindre effort. Nous n’avons pas tout à fait atteint les 300 km/h, car nous avons dû abandonner la lutte à 280 km/h en raison du trafic intense. Vous pouvez penser, « C’est quand même 20 km/h de plus ». C’est exact, et vous aurez besoin d’un peu plus de distance pour cela, mais la Ninja H2 SX SE monte si vite en vitesse que c’était une question de secondes. Une montée d’adrénaline au maximum. Pendant tous ces tronçons à haute vitesse, pas une seule fois la Kawasaki n’a fait un mouvement étrange ou n’a été déséquilibrée. Pas une seule fois. Même pas sur mauvais revêtement.

Un équipement riche = de nombreux kilos

Avec toute la technologie embarquée, la Kawasaki prend du poids, 267 unités pour être exact, et vous le sentez lorsque vous devez manœuvrer la machine à l’arrêt. Avec sa construction basse et son guidon étroit, vous serez satisfait une fois que vous l’aurez garé en toute sécurité. Lorsque vous commencez à conduire, vous remarquez que vous emportez quelques kilos, mais cela ne vous dérange pas. Cela est dû à plusieurs choses. Tout d’abord, la moto qui fait son poids. De même, les freins sont à la hauteur et sont tout simplement super bons. Beaucoup de puissance, un bon retour d’information et une sensation générale qui inspire confiance. Enfin, les virages, mais là, le châssis rigoureux aide à garder le tout en ligne. Pour vous donner une idée, nous avons réussi à faire racler les repose-pieds à plusieurs reprises lors de cette journée d’essai dans l’Eifel. Nous ne disons pas cela pour nous vanter, mais pour montrer que la Ninja H2 SX SE aime être poussée, et qu’elle n’est pas seulement faite pour rouler sur l’Autoroute.

Les suspensions électroniques

Les suspensions électroniques Showa font également leur travail, en filtrant les imperfections de la route que vous ressentiriez avec des suspensions conventionnelles. La recette est sublime et peut être ajustée comme bon vous semble ; dur ou confortable, avec des sacoches, passager ou seul,… Nous avons déjà vu tout cela sur d’autres machines. La raison pour laquelle les suspensions électroniques sont particulièrement intéressantes sur ce type de moto est que vous l’utiliserez dans toutes sortes de situations sur la route. Une balade confortable avec votre partenaire, un tour rapide en Allemagne, une journée sur circuit, un week-end avec les valises,… Grâce à la facilité de réglage des suspensions électroniques, vous savez que vous avez toujours les bons réglages. Et ça marche. Tant pour votre technique de conduite que pour votre humeur. Ne sous-estimez pas cette dernière.

Un poste de conduite qui ne laisse planer aucun doute.

Les + et les –

Il est temps de faire un rapide tour des avantages et des inconvénients de cette moto. Êtes-vous prêt ? Commençons ! Les plus : la Ninja H2 SX est équipée d’un régulateur de vitesse adaptatif à guidage radar, mais si vous n’aimez pas ce système, vous pouvez aussi le configurer comme un régulateur de vitesse normal, non adaptatif. Inconvénient : votre choix n’est pas mémorisé, vous devez donc désactiver l’adaptateur à chaque fois. On continue avec le triangle jaune qui apparaît dans votre rétroviseur extérieur lorsque quelqu’un se trouve dans votre angle mort. Les moins : le design est bien typé, comme il se doit pour une machine aussi sophistiquée, mais il n’y a qu’une seule couleur de disponible. Et si le vert et le noir ne sont pas votre truc, pas de chance. De plus, la position de conduite est plus sportive que confortable, mais elle est assez confortable pour rouler sportivement toute la journée… Vous devrez peut-être relire cette phrase pour la comprendre. Le pare-brise empêche suffisamment le vent d’atteindre votre poitrine, mais les mouches et autres saletés s’écrasent sur la visière de votre casque. En conséquence, nous avons dû nous arrêter plusieurs fois pour nettoyer le « parebrise » avec des insectes en prolifération.

Un « œil » presque invisible pour le régulateur de vitesse adaptatif et l’assistance frontale.

Conclusion

Dans notre monde, les humains peuvent être de deux types : soit des personnes irritantes avec une grande gueule, ou des personnes gentilles, charmantes et charismatiques. Dans le monde de la moto, la Kawasaki Ninja H2 SX SE appartient à la première catégorie en termes de look et d’équipement. Un design adéquat avec des lettres vertes « supercharged », beaucoup d’agressivité et une apparence distinctive. Mais lorsque vous commencez à la conduire, vous constatez très rapidement qu’elle tient également ses promesses. La Ninja H2 SX SE est une merveille technologique dans le segment du tourisme sportif. Bourrée d’électronique, elle offre un niveaux de performance inégalé. De sa puissance de traction qui ne diminue jamais à son châssis ultra-stable. La Kawasaki Ninja H2 SX SE est une grande gueule avec un cœur gros comme ça tout en restant charmante et charismatique.

Photos : Pien Meppelink

Données techniques et tarif de la Kawasaki Ninja H2 SX SE

MOTEUR

Type : Quatre cylindres en ligne 4 temps à refroidissement liquide avec compresseur

Cylindrée : 998 cm3

Puissance maximum : 200 ch (147,1 kW) à 11 000 tr/min

Couple maximum : 137,3 Nm à 8 500 tr/min

Transmission : 6 rapports, système « dog-ring »

Entraînement final : Chaîne scellée

PARTIE-CYCLE

Cadre : Treillis, acier haute résistance avec platine de fixation du bras oscillant

Suspension avant : Fourche inversée de 43 mm, KECS, entièrement réglable électroniquement, déb. 120 mm

Suspension arrière : amortisseur Uni Trak, BFRC, KECS , entièrement réglable électroniquement, déb. 139 mm

Frein avant : Deux disques semi-flottants de 320 mm, étriers Brembo Stylema monobloc, 4 pistons, ABS

Frein arrière : Un disque de 250 mm, étrier 2 pistons, ABS

DIMENSIONS

Empattement : 1 480 mm

Hauteur de selle : 835 mm

Poids : 267 kilos TPF

Réservoir : 19 litres

TARIF ET DISTRIBUTEUR

Prix : 28 299 €

Importateur : Kawasaki Benelux

Laisser un commentaire