avatar Laurent CortvrindtLaurent Cortvrindt    18 Août 2023, 1:46    0   

À l’ombre du Mont Blanc, entre deux vagues de chaleur et trois tempêtes, Benelli a présenté ses nouvelles TRK 702 et TRK 702 X. MotoJournal.be était de la fête, parmi les premiers journalistes d’Europe à rouler avec ces bécanes appelées à succéder à la TRK 502, la moto la plus vendue en Italie. Les attentes étaient donc particulièrement élevées. Ont-elles été satisfaites ?

TEXTE JELLE VERSTAEN – PHOTOS BENELLI

Depuis quelques années, on ne peut qu’être impressionné par le retour aux affaires de Benelli. En effet, sous l’aile de QJ, la marque s’est solidement (re)déployée en un peu moins d’une décennie. Et l’ambitieuse idée née en extrême orient à vite laissé place à une seconde jeunesse assez inattendue pour cette marque au passé glorieux qu’est Benelli. Il n’y a pas si longtemps, qui aurait parié sur le fait que la TRK 502 deviendrait la moto la plus vendue en Italie ? Pas nous, en tout cas… Mais voilà. Depuis déjà trois années, avec plus de 6.600 unités écoulées en 2022, ce trail de moyenne cylindrée tient toutes ses concurrences à distance. Y compris l’inévitable Bavaroise ! La progression des TRK semble impossible à arrêter au sud des Alpes…

Forger le fer

Vu le succès, autant battre le fer tant qu’il est chaud. Et Benelli de lancer la succession de sa poule aux œufs d’or dès cet été avec les TRK 702 et TRK 702 X. Deux trails de milieu de gamme destinés à combler le vide entre la TRK 502 et l’imminente version 800. Tous deux sont équipés d’un bicylindre de 698 cc et d’une boîte de vitesses à six rapports dans un cadre en treillis. On observe également des fourches à soufflets, un bel écran TFT avec connectivité et double point de chargement USB. Le style est assez remarquable et le tarif se veut plutôt abordable. Notons que la X est commercialisée comme une version plus orientée vers le tout-terrain. Avec des roues à rayons, une garde au sol plus importante grâce au débattement plus généreux de la suspension arrière, des pneus dessinés et des dimensions de roues adaptées (19 pouces à l’avant au lieu de 17 pouces).

Approbation

Dans le parking de l’hôtel, les TRK 702/X sont parfaitement alignées. Elles semblent nous attendre avec impatience. De loin comme de près, la TRK 702 brille au soleil. La section frontale, bulle en tête, ne manque pas d’impressionner. La fourche UPSD de 50 mm semble particulièrement robuste. Et on dirait que le design du cadre a été inspiré par des lunettes. Autour du phare, la TRK conserve son « bec » large et son éclairage LED avec clignotants intégrés ajoute encore une touche brillante à l’ensemble. Les roues à rayons de la TRK 702 X sont du plus bel effet. Tout comme les pneus typés off-road et l’audacieuse livrée vert et jaune.

En selle

La selle de la TRK 702 X se révèle un peu plus haute que celle de la version standard. Mais ses 835 mm sont néanmoins gérables pour les plus petits motards. Certes, la selle passager, les poignées et le porte-bagages rendent l’accès en selle un peu difficile. Mais une fois sur la moto, on pose assez facilement un pied au sol. Et en s’appuyant sur le large guidon qui bénéficie de leviers réglables, on se tient sereinement à l’arrêt. En poussant sur le démarreur, on découvre un son d’admission plutôt rauque et un bruit d’échappement civilisé. Nous voici partis pour notre galop d’essai. Nous avons à peine quitté La Thuile – notre village d’accueil pour ce voyage de presse – que les premiers regards surpris s’échangent entre journalistes. Au bout de quelques kilomètres, tous les pilotes ont remarqué que le moteur manquait un peu de puissance. Malgré ce que la fiche technique laisse entendre…

Miracles

Si l’on se penche sur le moteur, on découvre que Benelli a travaillé sur base d’un bicylindre parallèle japonais bien connu dans l’industrie de la moto. Avec, comme résultat, un vilebrequin à 180°, une course légèrement plus longue (+4,5 mm) et un alésage identique, une cylindrée (+49cc) et une compression (11,6:1 contre 10,8:1) légèrement supérieures, des corps de papillon plus grands (2 x 41mm contre 38mm) et 3 ch et 9 Nm supplémentaires. En tout cas, sur papier. Car nous connaissons bien le moteur « Vert » qui a servi de base de travail. Un bloc assez vif dans sa configuration d’origine. Et dans la configuration Benelli, cette vivacité semble avoir disparu. Ici, le bicylindre se montre un peu rugueux en bas et il surprend surtout par des courbes de puissance et de couple relativement plates. Des bas régimes jusqu’au rupteur. Avec, en outre, un creux perceptible (homologation) entre 3.000 et 4.000 tr/min.

Bien entendu, il ne faut pas s’attendre à des miracles de la part d’un bicylindre de moyenne cylindrée, surtout sur un trail grand public. Mais secrètement, nous avions quand même espéré un peu plus de vie. À partir de 4.500-5.000 tours, la vitesse est heureusement bien là. Mais sans générer trop d’excitation au guidon. En d’autres mots, le moteur fait son travail, sans fioritures. Tout comme la boîte de vitesses à six rapports avec embrayage à glissement. Une boite un peu rugueuse mais toujours efficace. Même remarque pour la bande-son, un peu fade. Tout cela n’est donc pas très excitant, mais chaque élément fonctionne comme il se doit.

Ludique

Par contre, rien à redire du côté de la direction. Même avec une roue de 19 pouces, la TRK 702 X se faufile facilement, se place aisément dans n’importe quelle épingle et reste bien stable à vitesse élevée. Un pied sur le frein arrière, un regard vers l’intérieur et la direction se maintient sans complainte ! Les étriers montés de façon axiale mordent dans les disques juste assez fort pour ralentir cette moto qui pèse quand même son poids. Tandis que la suspension semble un peu trop légère sur route (amortissement en compression et en détente assez souple) pour faire face aux nombreux changements de charge.

Par exemple, l’avant plonge assez rapidement sous la pression du freinage. Et chaque accélération est accueillie par un certain roulis arrière. Quand aux aspérités de la route, n’attendez pas à ce qu’elles soient parfaitement filtrées avant d’atteindre votre colonne vertébrale. À l’arrière, cependant, vous pouvez jouer avec l’amortissement en compression et en détente. Et vous pouvez également ajuster la précharge du ressort. Voilà donc de quoi gommer ces soucis. Aujourd’hui en tout cas, du haut de mes 67 kilos, j’ai tendance à cataloguer la suspension avant comme assez joueuse. Les motards un peu plus lourds commenceront probablement, quant à eux, à parler de limites…

Facteur X

Parlons encore un peu des suspensions. Sur la X, nous avons eu droit à un road-book d’environ 75 kilomètres. Dont cinq kilomètres de gravier. Et c’est bien là que la TRK 702 X se heurte à ses propres limites. L’inconvénient le plus notable est sa fourche avant non réglable. Un élément beaucoup trop souple en termes d’amortissement de la compression et de la détente. Vraiment pas idéal lorsque l’on roule sur une surface plus cassante. D’autre part, le poids plutôt élevé est un autre facteur limitant en tout-terrain. Tout comme l’ABS arrière non déconnectable et la protection très limitée du filtre à huile à l’avant. Après à peine dix minutes sur le gravier, nous avions déjà relevé une douzaine de coups causés par des éclats de pierre sur le filtre à huile… que l’on peut difficilement imaginer à long terme en tout-terrain.

D’un point de vue esthétique, la version X est tout à fait correcte. Mais il ne faut donc pas aspirer à s’aventurer plus loin que la portion en graviers au coin de la rue. Lors du souper de clôture de notre essai, comme le veut la tradition, nous échangerons comme à chaque fois entre journalistes et avec les responsables de Benelli. Et, surprise, quelques jours après mon essai, un message arrive dans ma boite mail. Il vient de chez Benelli et m’informe que le département R&D va expérimenter une huile de fourche plus épaisse et d’autres ressorts, mais aussi évaluer la possibilité de désactiver l’ABS et d’améliorer la protection du filtre à huile. C’est ce qu’on appelle se montrer (très) réactifs ! Un excellent point !

Hannibal

Mais revenons à notre essai et à la TRK 702 « normale » sur laquelle nous grimpons après le lunch. Pour rappel, cette version est identique à la X en termes de motorisation, de châssis et de système de freins (seuls les disques diffèrent légèrement). Mais les 19 mm de débattement en moins de la suspension arrière et la roue avant plus petite signifient une garde au sol réduite, trois kilos en moins sur la balance, ainsi qu’une hauteur de selle nettement plus basse. Avec ses 790 mm, cette machine permet même de poser les deux pieds à plat sur le sol, ce qui est idéal pour les débutants et les plus petits gabarits.

Alors que nous traversons les Alpes à la manière d’Hannibal, une différence avec la X saute immédiatement aux yeux. Le train avant semble beaucoup plus incisif que son acolyte à rayons. Cette différence ne peut pas être attribuée à la fourche avant – identique pour rappel – mais à la roue avant de 17 pouces en aluminium moulé, avec les pneus de route qui l’accompagnent (Pirelli Angel GT). Alors que la roue à rayons de 19″, un peu plus encombrante, montre un peu de souplesse lors des changements de direction, la roue plus petite se révèle plus facile à diriger, plus rapide à placer et plus facile à maintenir à une vitesse plus élevée dans les virages (également grâce au pneu arrière légèrement plus large de 160 mm). Un vrai plus lorsque le rythme s’accélère. Avec un moteur qui tourne gentiment entre 5.500 et 8.000 tr/min, la moto donne le meilleur d’elle-même, tandis que l’embrayage à glissement se montre sous son meilleur jour avec des rétrogradages nerveux jusqu’au prochain virage. Très amusant !

Conclusion

Après cette journée d’essai, nous naviguons un peu entre deux eaux. D’un côté, il est difficile de ne pas tomber sous le charme de ces belles machines, accessibles et bien pensées, avec leur position en selle agréable, leur maniabilité, leur écran TFT facile à lire et à manipuler ainsi que leurs excellents pneus de série. Grâce à leurs prix respectifs (7.599 € et 7.999 €, à partir de fin août chez les concessionnaires), les TRK 702 et TRK 702 X sont certainement des options solides pour les motards soucieux de leur budget. D’un autre côté, il faut se demander si l’on peut se contenter d’une suspension insuffisante, d’un moteur peu inspirant et de performances peu adaptées au tout-terrain. Et si ce n’est pas le cas, il ne vous reste plus qu’à économiser davantage pour une alternative un peu plus puissante et plus excitante. Ce qui ne manque pas dans le segment très compétitif des trails de milieu de gamme…

Fiche technique Benelli TRK 702 (X)

MOTEUR

Type – bicylindre parallèle à refroidissement liquide, DOHC

Cylindrée – 698 cc

Carburation – injection électronique

Embrayage – multidisque

Boîte – à 6 vitesses

Transmission finale – par chaîne

PRESTATIONS

Puissance maximale – 70 ch @ 8.000 tr/min

Couple maximal – 70 Nm @ 6.000 tr/min

ÉLECTRONIQUE

Moteur – /

Partie-cycle – ABS (non-déconnectable), éclairage LED, écran TFT

PARTIE-CYCLE   

Châssis – acier en treillis

Fourche – 50 mm UPSD

Suspension – monoamortisseur, précharge du ressort réglable en amortissement, compression et détente

Débattement – 140 mm / 154 mm (173mm)

Frein avant –   double disque 320mm, étriers flottants deux pistons

Frein arrière – simple disque 260mm, étrier flottant simple piston

Pneus – 120/70ZR17, 160/60ZR17 (110/80-R19 , 150/70-R17)

CARACTÉRISTIQUES

Empattement – 1.505 mm

Hauteur de selle – 790 mm (835 mm)

Poids en ordre de marche – 232 kg (235 kg)

Résevoir – 20 litres

PRIX & INFO

Prix – 7.599 € (7.999 €)

Infos – www.benelli-motos.be