avatar Pascal MoutonPascal Mouton    23 Déc 2020, 19:44    0   

Suzuki Italia propose une série spéciale de la GSX-R1000R pour fêter le 7ème titre de la firme d’Hamamatsu en catégorie reine.

Joan Mir remporte enfin le titre en MotoGP pour Suzuki

Afin de fêter dignement le titre acquis par Joan Mir en MotoGP, l’importateur Suzuki en Italie commercialise une série spéciale de la GSX-R1000R. Cette série spéciale est en fait composée de 7 versions qui reprennent les couleurs des Suzuki championnes du monde avec Barry Sheene, Marco Lucchinelli, Franco Uncini, Kevin Schwantz et Kenny Roberts Jr en 500 et Joan Mir en MotoGP.

Chaque exemplaire sera équipé d’un échappement Akrapovic et livré avec une housse assortie pour un tarif de 22 500 €. Les commandes se feront en ligne via le site italien de Suzuki.

Barry Sheene donne le premier titre à Suzuki en catégorie reine

Le numéro 7 et les couleurs Texaco Heron de la 500 de Barry Sheene

Barry Sheene 1976

Le célèbre pilote britannique arborant son non moins célèbre Donald duck sur le casque et son chiffre fétiche n°7 sur ses carénages remporte le premier titre 500 pour Suzuki comme pour lui. Cette version arbore les couleurs et graphiques du sponsor-titre Texaco Heron.

La RG 500 pour un premier titre en 1976

Barry Sheene 1977

En 1977, Barry Sheene remporte son deuxième titre d’affilée avec une RG 500 qui a légèrement évoluée. Il n’arbore pas le numéro 1 auquel il a droit mais préfère garder son numéro 7 fétiche. Il est le premier à le faire et aujourd’hui il n’est plus possible pour un pilote du MotoGP de choisir ce numéro qui a été définitivement retiré par la FIM. La GSX-R1000R arbore toujours les mêmes couleurs Texaco Heron avec un graphisme légèrement différent.

Édition 1977 avec l’Union Jack sur le réservoir

Marco Lucchinelli 1981

Après les deux titres de Barry Sheene, c’est un pilote américain, Kenny Roberts qui domine la catégorie reine pendant trois ans au guidon d’une Yamaha. Il faut attendre 1981 pour que l’italien Marco Lucchinelli surnommé « Lucky », place de nouveau Suzuki sur la plus haute marche du podium. Avec le team Gallina, le fantasque italien remporte 5 victoires et s’adjuge le titre devant un autre pilote Suzuki, Randy Mamola.

L’homme à l’étoile, Marco Lucchinelli
Une étoile et le numéro 5 pour le titre 1981

Franco Uncini 1982

Lucchinelli parti chez Honda, c’est un autre italien qui reprend le flambeau dans le team Gallina. Franco Uncini ne va pas rater l’occasion et remporte le titre sur une RG 500 toujours aussi fringante. Arborant le numéro 13 – il n’était pas superstitieux – et les couleurs « azzurro » nationales, il monte 5 fois sur la plus haute marche du podium. Il sera le dernier italien à remporter le titre en catégorie reine avant l’arrivée du « Doctor ».

Pas superstitieux le Franco
La plus italienne des Suzuki

Kevin Schwantz 1993

Après 10 années de disette, un pilote Suzuki renoue enfin avec le titre en 500. Ce sont les années glorieuses où les pilotes américain et australien dominent la catégorie. Le texan Kevin Schwantz qui sera toujours resté fidèle à Suzuki est récompensé par un titre chèrement acquis. Auteur de freinages diaboliques et de dépassements en tout genre, le numéro 34 montera quatre fois sur la plus haute marche du podium avant de remporter la couronne mondiale.

Un pilotage viril pour l’américain Kevin Schwantz
Les couleurs Lucky Strike et le numéro 34 également retiré par la FIM

Kenny Roberts Jr 2000

Un autre américain au nom et prénom célèbre donne son dernier titre à Suzuki en catégorie 500 et moteur deux temps. Kenny Roberts Junior qui a raté de peu le titre l’année précédente domine son sujet au guidon d’une RGV500 aboutie arborant le numéro 2. La boucle est bouclée pour le 500 deux temps Suzuki victorieux pour la première fois en 1976 avec Barry Sheene qui sera définitivement privé du titre par un certain Kenny Roberts en 1978.

Père et fils avec 4 couronnes pour la famille Roberts
Les couleurs Telefonica vont bien à la GSX-R1000R

Joan Mir 2020

Une surprenante saison dans un contexte « Covid » et finalement le premier titre de l’ère « moderne » pour Suzuki en MotoGP. Le jeune majorquin Joan Mir a fait montre de régularité et de coups d’éclat au guidon de sa GSX-RR pour décrocher la timbale. Un titre mérité qui apporte beaucoup de satisfactions au team de Davide Brevio.

Un titre amplement mérité pour Joan Mir
Couleurs bleu-argent pour fêter le 60ème anniversaire de Suzuki en compétition

Laisser un commentaire