avatar Pascal MoutonPascal Mouton    27 Jan 2022, 17:43    0   

L’université de Bournemouth en Angleterre, en coopération avec DocBike (organisme de soutien dédiée aux motards), a enquêté sur les accidents impliquant des motocyclistes et a conclu que les automobilistes et les motocyclistes perçoivent des choses différentes sur la route. Les différences d’attention visuelle peuvent être très prononcées, de sorte que les automobilistes et les motocyclistes voient parfois des choses complètement différentes, même s’ils roulent sur la même route. Une différence qui n’est pas sans provoquer des collisions et des accidents (évitables).

Les influences neurologiques et cognitives sur les motards et les automobilistes ont été étudiées. D’après les données, le cerveau semble percevoir les objets plus grands, comme par exemple un camion, comme une menace naturelle. Les objets plus petits, comme les motos, les vélos ou les piétons, sont considérés comme moins menaçants et peuvent donc être ignorés plus rapidement. Cela dépend toutefois de l' »angle de vision », car l’exemple concerne les conducteurs de voitures. Les motards considèrent également les petits objets comme une menace.

Schémas d’attention visuelle

Les conducteurs de voitures et de motos ont des schémas d’attention visuelle différents, ce qui s’explique par les dangers différents selon le type de véhicule. Cependant, la perception est également influencée par la connaissance des risques potentiels et par le niveau d’expérience de la conduite en moto.

L’étude a porté sur des participants ayant différents niveaux d’aptitude à la conduite. Il y avait quatre parties principales :

  • Détermination de l’expérience de conduite, de formation et du kilométrage annuel.
  • Questionnaires sur le comportement général à risque et la recherche de sensations.
  • Suivi oculaire par visionnage de vidéos et de photos de routes présentant un nombre élevé d’accident avec des motos.
  • Entretien semi-structuré facultatif pour les motocyclistes

Silvia Shel, doctorante et responsable du projet, a déclaré : « Les résultats de la recherche suggèrent qu’en comprenant les connaissances des motards et en identifiant les risques, il est possible de mieux déterminer les formations et le matériel destiné aux motards. Il est important de reconnaître que les motards n’ont pas besoin d’une formation supplémentaire sur la pratique de la moto, mais qu’ils pourraient bénéficier de plus de compétences pour lire la route et remarquer les autres usagers. Il y a donc beaucoup à gagner en apprenant aux motards à mieux reconnaître les dangers potentiels« .

Les motards sont souvent occultés

En fait, vous ne pouvez pas vous imaginer ne pas voir une moto complète et son conducteur, dans la circulation. Mais dans la pratique, cela arrive très souvent.

  • L’œil a un angle mort qui peut occulter complètement une moto.
  • Cela peut également résulter d’un « masquage saccadique ». Cela signifie que lorsque l’œil bouge, le cerveau filtre le « flou de mouvement » et cache un écart de perception de sorte qu’il n’est pas visible pour « l’observateur ». – En bref, lorsque vous regardez autour de vous, il existe des lacunes dans votre perception que vous ne remarquez même pas.
  • L’évolution nous a appris à faire attention aux dangers potentiels, et dans le trafic routier, il s’agit de gros objets comme les camions ou les bus. Les motos sont donc laissées de côté, surtout si un objet plus grand se trouve à proximité immédiate.
  • Un autre problème est que la vitesse des motos est très difficile à évaluer en raison de leur petite taille. Pensez, par exemple, au motard, qui semblent parfois surgir de nulle part, alors qu’il se trouve depuis le début dans votre champ de vision.
  • Comme déjà mentionné, il y a aussi le problème du niveau de connaissance ou de l’effet d’apprentissage. Mais pas seulement en ce qui concerne les compétences de conduite des motards, qui, comme nous l’avons déjà mentionné, sont mieux à même de reconnaître les dangers. Les automobilistes s’attendent également à voir un motards sur la route plus souvent en été qu’à d’autres moments de l’année. Les autres usagers de la route doivent donc s’habituer à voir les motards comme d’autres usagers de la route en toute circonstance.

Comment être mieux vu ?

Le port d’un gilets de haute visibilité ou de vêtements de protection visibles peut être utile, mais son efficacité peut diminuer au bout d’un certain temps, surtout si le vêtement est utilisé dans d’autres domaines comme sur les chantiers de construction.

Il est conseillé d’attirer l’attention sur vous dans certaines situations par votre façon de conduire. À un carrefour, il peut suffire de modifier légèrement votre trajectoire en diagonale vers le milieu de la route. Dans la circulation urbaine, une conduite légèrement oscillante peut également empêcher quelqu’un de prendre la priorité sur vous. Mais ne conduisez comme cela que pour une courte durée et en fonction de la situation, car conduire de cette manière peut constituer une infraction, même si vous ne quittez pas de votre bande de circulation.