avatar Philippe HuninPhilippe Hunin    19 Oct 2020, 21:22    0   

La marque française Orcal sort pour la première fois des sentiers battus avec ses modèles SK. Fini les motos classiques 125 cc inspirées des années soixante. Place aux SK01 et SK03. Dans un style beaucoup plus contemporain et d’une cylindrée supérieure à 125 cc pour la 03. En route pour Muizen en périphérie de Malines.

Pas seulement classique

Orcal a construit son image autour de petits monocylindres à l’allure classique et au rapport qualité/prix intéressant. De quoi convaincre de nombreux citadins d’utiliser ces sympathiques 125 pour circuler en ville et plus si affinité.

Mais avec l’introduction des SK01 et SK03, la marque française élargit son offre en proposant des roadsters aux lignes plus modernes. Cependant Orcal conserve la philosophie qui a fait son succès en préférant jeter son dévolu sur le look et la distinction plutôt que sur d’inutiles atouts éphémères portant sur la puissance et la vitesse. Découvrons donc ces deux nouveaux roadsters.

Même base

Rouler en 125, signifie pour la plupart, l’entrée dans le monde du deux-roues par la petite porte. Orcal, marque franco-chinoise, produit des motos depuis 2015. Les lignes imaginées par l’entremise d’ingénieurs français, donnent alors naissance aux produits soumis à Senke Motors en Chine qui s’occupe de la fabrication des pièces et de l’assemblage.

Pour les SK01 et SK03, Orcal fait appel au groupe Piaggio dont les moteurs monocylindre prennent place dans un cadre tubulaire en acier aux soudures de qualité… chinoise. Car nos deux machines sont pratiquement identiques. Seule l’inscription sous la selle trahit le modèle sur lequel vous roulez.

Bon choix, ce double tuyau d’échappement.

En musique

Avant de m’élancer sur un tracé de 70 kilomètres autour du zoo de Planckendael, mon regard s’attarde sur cette double sortie d’échappement à la MV Agusta et sur ces deux grandes écopes qui ont la particularité de renfermer deux haut-parleurs. Sous l’écran LCD, avec son florilège d’informations habituelles comme l’indicateur de vitesse engagée, une petite protubérance placée sur le réservoir de 15,5 litres (!) sert à actionner un système audio. Un port USB placé sous la selle passager permet d’y brancher sa musique, d’écouter la radio ou sa musique via son smartphone (bluetooth). Et comme je me rendrai compte lors du roulage, ça fonctionne plutôt bien !

Peu de puissance pour beaucoup de plaisir de conduite

Les deux motos ont le même empattement et la même garde au sol, les mêmes roues avec les mêmes freins, la même hauteur de selle et aussi la même posture assise. Pour cet essai je débute par la 125 donc la SK01. Il est clair qu’avec un petit 125cc, vous délaisserez la sportivité au profit de la mobilité. Surtout avec 14,7 ch(9.750 tr/min) et 12,5 Nm (8.000 tr/min). Avec son grand guidon et une assise bien disposée, vous vous jouerez de toutes les difficultés et vous faufiler entre les files ne vous demandera aucun effort d’équilibre. Les 90 km/h sont atteints assez facilement … dans cette région où les 70 km/h sont la règle.

 

Comportement sain

Si dans l’ensemble, le comportement de cette SK01 est sain, je relève tout de même des suspensions un peu trop fermes pour mes 65kg, une commande d’embrayage bien trop dure, un levier de frein avant non réglable et trop éloigné pour mes petits doigts. Le freinage demande également un certain effort, heureusement sécurisé par un système CBS. CBS dont l’efficacité n’est pas exceptionnelle mais qui ne devrait jamais entrer en fonction au vu de l’efficacité, toute relative, des étriers.

Standardisation oblige

En passant à la SK03, nous restons en terrain de connaissance. Standardisation des pièces oblige. Hormis la puissance 27,5 ch et le 26 Nm disponible à 8.500 tr/min. Notons encore du côté des anecdotes, un choix de mode de conduite apparent mais disponible uniquement sur la SK03 et une commande d’allumage des phares quelque peu perturbante au vu de la mise en fonctionnement automatique de ceux-ci.

La fourche inversée est valorisante.

Une première

Quoi qu’il en soit, avec ses 292 cm3, la SK03 est la première Orcal qui ne rentre pas dans la catégorie A1 et pose ainsi un nouveau jalon pour la marque. Cette première tentative est sans aucun doute un succès. Le monocylindre est très stable et ne produit pratiquement aucune vibration, ce qui rend la conduite très confortable. La moto est équilibrée grâce au centre de gravité assez bas et au poids contenu de 163 kilos.

L’essentiel

En parlant des modes de conduite disponible uniquement sur cette seule SK03. Ils sont commandés par un bouton poussoir situé sur le commodo gauche. Sport ou Eco, la différence est à peine perceptible. Le reste des commandes est habituellement ce que l’on retrouve sur une machine de cette catégorie; l’aspect est bon marché et il ne faut pas s’attendre à plus. On en a souvent pour son argent !

L’affichage est simple et ne semble pas très moderne, mais il donne les informations de base nécessaires – vitesse, compte-tours segmenté, odomètre et jauge à carburant – complétées par un indicateur de vitesse. Il manque une horloge. Il faut également noter que le barillet de contact est malheureusement placée derrière l’écran, ce qui ne rend pas très pratique de manipuler la clé.

Le système audio intégré est surprenant sur ce type de moto

Excellente moto pour débutants

Pour 3.999€, voilà une petite 125cc qui, sans être sans défaut, vous propose de vous déplacer avec un certain plaisir au gré de votre musique en milieu urbain. Reste à la comparer avec d’autres productions, plus onéreuses mais à la finition plus soignée. La SK03 affichée à 4.499€ est toute recommandée pour le permis A2. Elle sera également parfaite pour l’écolage.

Photos : Jonathan Godin

Spécifications techniques

Orcal SK01 et (SK03)

Moteur : monocylindre 4T, 4 soupapes DOHC à refroidissement liquide

Cylindrée : 124 cc (292 cc)

Puissance : 14,7 ch (11 kW) @ 9.750 tr/min (27,8 ch (20,5 kW) à 8.500 tr/min)

Couple : 12,5 Nm à 8.000 tr/min (26,5 Nm à 8.500 tr/min)

Boîte de vitesse : 6 rapports

Transmission finale : par chaîne

Cadre : tubulaire en acier

Suspension avant : fourche inversée 50mm, déb 50mm

Suspension arrière : mono-amortisseur réglable

Frein avant : disque de 300 mm, étrier 4 pistons, ABS

Frein arrière : disque de 240 mm, étrier 1 piston, ABS

Hauteur de selle : 810 mm

Poids : 146 kg (163 kg)

Réservoir : 15,5 litres

Prix : 3.899 € TVAC (4.499 €)



Galerie de photos