avatar Laurent CortvrindtLaurent Cortvrindt    17 Avr 2023, 9:00    0   

Séries limitées

Après l’essai de la Breakout 117 (à découvrir ici), Harley-Davidson nous avait préparé un dernier cadeau avant de rentrer en Europe. Une journée au guidon des très exclusives Touring 120th Anniversary.

TEXTE LAURENT CORTVRINDTPHOTOS HARLEY-DAVIDSON

Météo ensoleillée, temps frais, vent fort * de 8°C à 11°C * 200km d’autoroute et de routes de campagne
Casque : AGV Sportmodular * Veste : Ixon Cornet * Pantalon : BolidSter RideSter III * Chaussures : Stylmartin Colorado

+ Séries limitées exclusives + Confort et protection + Capacité d’emport

– Conçues pour les USA – Poids sans marche arrière – L’exclusivité a un prix

Heirloom Red : un superbe rouge pour les modèles 120th Anniversary.

À moins d’être parfaitement hermétique aux activités de la plus célèbre des marques américaines, vous savez certainement que cette année, Harley-Davidson souffle sa 120e bougie. Et dans ce cadre, le constructeur de Milwaukee a décidé de lancer les célébrations avec un peu d’avance en produisant plusieurs modèles en séries limitées particulièrement exclusives. Ces sept modèles, dont une prestigieuse CVO Road Glide Limited Anniversaire, arborent peintures, finitions et détails commémoratifs exclusifs.

« Depuis 1903, Harley-Davidson a toujours été aux avant-postes de la conception, de la technologie et des performances des motos américaines. Et par le lancement de quelques modèles exclusifs nous marquons le début d’une année de célébrations du 120e anniversaire de Harley-Davidson », a déclaré à ce sujet Jochen Zeitz, président-directeur général de Harley-Davidson. « Nous sommes ravis de révéler les premiers modèles Harley-Davidson 2023. D’autres viendront plus tard dans l’année. Aussi, 2023 sera une étape inoubliable pour la marque, célébrant l’histoire, la culture et la communauté de Harley-Davidson. »

« Cruiser » aux USA : toute une histoire !

Modèles 120e Anniversaire

Le modèle CVO Road Glide Limited Anniversaire (71.995 € aux Pays-Bas, 61.495 € en Belgique) en édition très limitée célèbre 120 ans de savoir-faire en dévoilant l’une des réalisations de peinture les plus complexes jamais proposés par Harley-Davidson. Le Heirloom Red commémoratif se voit, en effet, appliqué sur une couche de base Anniversary Black relevée de fins liserés rouge vif et de détails dorés appliqués à la main. Des motifs ont également été ajoutés sur le carénage. Ils représentent la tête et les ailes d’un aigle en plein vol. Le médaillon de réservoir plaqué or se veut, quant à lui, une interprétation « Art déco » de l’aigle, un élément de design emblématique de Harley-Davidson.

Cette finition exclusive inclut également des surfaces de selle luxueuses en Alcantara avec des surpiqûres contrastées or et rouge, des inserts moteur dorés et des cache-culbuteurs et colliers de tiges de culbuteurs rouge vif. Seulement 1.500 exemplaires de cette moto seront produits. Chaque modèle arborera un numéro de série limitée gravé au laser sur la console du réservoir.

Art déco

La peinture spéciale 120e Anniversaire sera proposée sur six autres modèles Harley-Davidson en série limitée, avec des combinaisons de couleurs et de design inspirées des premières machines de la marque. Ces modèles bénéficient d’une réalisation de peinture utilisant le Heirloom Red brillant comme couleur de base. Chaque partie du carénage se voit délimitée par un fin liseré rouge vif et remplie d’un Midnight Crimson dégradé plus foncé. Des détails supplémentaires dont, à nouveau, un médaillon de réservoir au motif d’aigle « Art déco », des housses de selles avec des panneaux latéraux rouge et un logo Harley-Davidson brodé or, ainsi que des inserts moteur rouge dégradé. Ce design commémoratif sera proposé sur les modèles en série limitée suivants.

Nous avons également pu rouler sur une CVO particulièrement exclusive… et chère !

Si l’un d’entre eux vous intéresse, dépêchez-vous, il n’y en aura pas pour tout le monde ! Voici la liste et les prix : Ultra Limited Anniversaire (production limitée à 1.300 exemplaires dans le monde, 46.995 € aux Pays-Bas, 39.995 € en Belgique), Tri Glide Ultra Anniversaire (1.100 exemplaires, 71.495 € aux Pays-Bas, 60.995 € en Belgique), Street Glide Special Anniversaire (1.600 exemplaires, 45.295 € aux Pays-Bas, 38.495 € en Belgique), Road Glide Special Anniversaire (1.600 exemplaires, 45.495 € aux Pays-Bas, 38.495 € en Belgique), Fat Boy 114 Anniversaire (3.000 exemplaires, 38.495 € aux Pays-Bas, 32.995 € en Belgique) et Heritage Classic 114 Anniversaire (1.700 exemplaires, 38.495 € aux Pays-Bas, 32.995 € en Belgique).

Mambo n°5

J’arrive sur le parking pour recevoir la moto qui m’a été désignée pour la journée. Coup de chance, c’est la Street Glide, ma préférée de la catégorie Touring. En me penchant sur le réservoir, je constate que des 1.600 exemplaires produits pour cette série limitée, ma moto porte le numéro 5. Bigre, il ne s’agit pas de se mettre au sol avec un tel objet de collection. Heureusement, j’ai hérité, comme je viens de le dire, de la Street Glide. Et si elle reçoit mes faveurs dans la gamme Touring, c’est précisément pour sa maniabilité plus élémentaire que les grosses Ultra Limited. Et par rapport à la Road Glide, je trouve son avant « Batwing » plus élégant.

Un vent à décorner les bœufs souffle sur la région de Santa Barbara en ce jour de roulage. Et mes collègues qui ont tiré les Road Glide doivent veiller au grain. Le vent, quand il souffle latéralement, « prend » davantage dans le top-case. Et sur la Highway 101 qui longe la côte, et les motos font parfois de sérieux écarts. Par rapport à la veille et à notre sortie en Breakout, la température a baissé de quelques degrés. Et le vent accentue encore la sensation de fraîcheur. Heureusement, avec le généreux carénage dont nous bénéficions tous aujourd’hui, on ne sent pas la différence. Profitant du luxe de ces bécanes, j’enclenche le régulateur de vitesse, je me trouve une bonne radio rock n’ roll et via l’écran qui affiche la navigation, je regarde avec curiosité le nom des routes que nous empruntons.

Le long de l’océan (presque les cheveux au vent).

Vous l’aurez aisément compris, la gamme Touring de Harley-Davidson, c’est la moto full option. La veille, dimanche, jour de balade pour les américains, nous en avons d’ailleurs croisé une quantité phénoménale. C’est vraiment en roulant aux États-Unis que l’on comprend l’ADN d’Harley-Davidson. Comment et pourquoi ces motos ont été créées et ce dont leurs propriétaires en attendent.

La One et du vin

Road Glide et Street Glide sont équipées de deux valises latérales proposant une capacité d’emport totale de plus de 70 litres. De quoi ranger deux sacs à dos. L’Ultra Limited ajoute une bulle haute mais aussi un énorme top-case qui permet de doubler cette capacité d’emport. En outre, le ou la passagère bénéficie d’un fauteuil royal et d’un dossier confortable. De quoi envisager allègrement le tourisme au long cours et des étapes importantes sans arriver plié en deux à l’hôtel du soir. Notre guide m’arrache subitement à mes rêves d’évasion et de grands espaces. Il quitte subitement cette autoroute célèbre dans le monde entier pour longer l’océan Pacifique entre San Francisco et Los Angeles.

La Street Glide est l’une des 7 motos à recevoir la finition 120th Anniversary.

Notre groupe déambule à présent entre les vignobles californiens et le rythme s’accentue. Celui qui croit que ces vaisseaux amiraux ne sont pas capables d’augmenter le tempo et de se jeter goulument dans des courbes rapides en serait pour ses frais. Nous revenons rapidement vers Santa Barbara mais avant de rejoindre notre hôtel, notre guide nous réserve une dernière surprise. Bien décidé à nous démontrer l’étendue des aptitudes des Harley Touring, il décide de « couper au plus court » en nous faisant prendre une route à flanc de montagne qui nous fait passer de 2.800 pieds à moins de 1.000 pieds en à peine quelques miles. Certains virages en épingle n’ont rien à envier au Corkscrew de Laguna Seca. Mais en s’aidant du frein arrière, nos motos se tirent d’affaire sans souci. Et ce malgré les violentes rafales de vent toujours omniprésentes et qui sont loin de faciliter les manœuvres.

Si elles ne s’adressent sans doute pas aux parfaits novices, ces motos ne se révèlent jamais traitres. Seul leur poids non négligeable est à surveiller lors des manœuvres. Pour éviter les moments de grande solitude et de devoir faire appel aux copains pour relever la bécane, il faut veiller à toujours faire tourner le moteur. Et surtout, ne pas hésiter à y aller franchement, ce qui, au début, semblera peut-être peu évident.

A la sortie des vignobles californiens, non loin de Santa Barbara.

Conclusion

Sur des motos d’un tel standing, on peut regretter quelques mesquineries. Comme les leviers de frein et d’embrayage non réglables en écartement. Vu le poids des bestiaux, l’absence de marche arrière se fera également sentir. Mais en Europe uniquement. Aux États-Unis, les parkings sont tellement vaste que l’on ne se retrouve jamais en panique. Ces éditions limitées 120e anniversaire sont, en tout cas, absolument sublimes avec leur livrée Heirloom Red. Et leurs atouts spécifiques les rendront certainement encore plus désirables pour les amateurs de voyage à moto. Reste à présent à boucler le budget…