avatar Thierry SarasynThierry Sarasyn    09 Août 2022, 17:14    0   

Non, tout n’était pas mieux avant. Il suffit de penser aux télévisions en noir et blanc, à l’huile de foie de morue, au WC extérieur dans le fond du jardin et, que Dieu nous aide, à Milli Vanilli. Mais la culture du cyclomoteur des années 1980 et 1990 était indéniablement supérieure à celle d’aujourd’hui.

Mash a le courage de jouer pleinement la carte du 50cc, ce qu’aucune (autre) marque grand public n’est prête à faire.

Mopeds

Il existe de nombreuses bonnes raisons pour expliquer l’essor du cyclomoteur dans les dernières décennies du XXe siècle. Mais plutôt que de se remémorer les jours passés, nous avons choisi de jeter un coup d’œil sur la situation actuelle.

Ces engins ont-ils encore du sens ? Y a-t-il une chance de voir renaître la culture du cyclomoteur ? Comment se comparent-ils à leurs prédécesseurs ? Les cyclomoteurs à boîte de vitesse peuvent-ils encore être considérés comme le terrain d’entraînement idéal pour une vraie moto ? Et enfin, une bonne 50cc moderne est-elle le chaînon manquant d’un nouveau boom dans le secteur des cyclomoteurs ?

2.699 € ou 3.199 € pour un quatre-temps de 50 cc à injection. Un prix plus que correct.

Jeunes testeurs

En ce qui concerne cet essai, nous avons fait appel à deux jeunes de 16 ans pour nous aider dans ce test. Il ne s’agit pas seulement d’avoir un regard nostalgique sur le 50cc, mais aussi un regard neuf. L’importateur MotoMondo a ensuite livré deux cyclomoteurs sur le pas de notre porte. L’X-Ride 50 et le Fifty 50.

Bon à savoir : nos jeune testeurs se déplacent tous les jours sur leur propre cyclomoteur. Et cela est plutôt une exception que la règle. Noah Van Huylenbrouck roule sur un Fantic 50 Enduro. Matthew Sarasyn a une Honda MT-5. Un cyclomoteur qui a exactement 40 ans, il était donc intéressant de voir les différences entre la Mash X-Ride 50 et la vieille Honda.

La Mash peut-elle inspirer comme la MT-5 l’a fait il y a 40 ans ?

Tout a changé.

Car même si ces deux dernières 50cc se ressemblent, à part la cylindrée, tout est différent. Deux temps contre quatre temps, deux amortisseurs à l’arrière contre un monoshock, freins à tambour contre freins à disque, kick contre démarreur électrique, ampoules contre LED… et on pourrait continuer comme ça pendant un moment. Ce qui est fou, c’est que vous n’êtes pas obligé de choisir la Honda pour son prix : une bonne MT-5 peut facilement coûter entre 3 000 et 4 000 euros.

« Lorsque la MT-5 a connu ses jours de gloire, les adolescents d’aujourd’hui n’étaient même pas des spermatozoïdes dans le scrotum encore glabre de leur père. »

La plus chère des deux Mash se négocie pour 3 199 € TTC. De plus, on ne peut pas surestimer la valeur symbolique d’un vieux cyclomoteur. Lorsque le MT-5 a connu ses jours de gloire, les adolescents d’aujourd’hui n’étaient même pas des spermatozoïdes dans le scrotum encore glabre de leur père. Ils n’ont aucune idée de ce que c’était de passer les années 80 à essayer d’échapper aux flics avec leur moped …

La X-Ride 50 se conduit bien, freine très bien et bénéficie de composants modernes tels que le monoshock, les feux à LED et le démarreur électrique.

X-Ride

De plus, même avec la course aux hormones, vous pouvez apprécier le luxe. Commande de l’accélérateur en douceur, démarrage d’une seule touche, freinage d’un seul doigt, plus de souci pour faire le plein du réservoir du deux temps… il n’y a pas photo. Et le look de l’X-Ride 50 est absolument parfait aussi. L’X-Ride fait « grosse moto » pour une 50cc et c’est parce que de nombreuses parties du châssis sont partagées avec la version 125cc.

Disponible avec deux roues de 17 pouces en finition SM ou une combinaison de 18-21 pouces pour l’enduro, l’X-Ride excelle par ses performances de freinage impressionnantes, son excellente suspension et son moteur percutant. Vous pouvez la « pousser » un peu à la manière d’un deux-temps, car dans la bonne tradition des 50cc, il ne se passe pas grand-chose à bas régime. Combiné avec l’étagement des rapports, il n’aurait pas été mauvais d’avoir cinq vitesses au lieu de quatre. Il faut maintenant changer les vitesses très précisément pour rester sur le bon régime moteur, une boîte à cinq vitesses aurait rendu la conduite un peu plus détendue.

« La X-Ride obtient ici un score de 11 sur 10. »

Mais aucun jeune de 16 ans ne le contesterait. La construction solide, la bonne finition et le fait que tout fonctionne parfaitement sont importants. L’X-Ride obtient ici un score de 11 sur 10. Le fait qu’elle soit économique est tout aussi apprécié compte tenu de l’argent de poche non indexé et du prix actuel élevé de l’essence.

Elle fait plus grosse et c’est parce que le châssis est en partie le même que celui de la Mash X-Ride 125.

Votre première fois

Et c’est ainsi que la vie est belle au guidon de l’X-Ride. Surtout quand c’est l’été et que les filles de ton âge sont plus intéressées par les appareils dentaires que par ta brèle. L’X-Ride fait exactement ce que l’on attend d’un 50cc. Elle donne l’envie de conduire un deux-roues motorisé dès le plus jeune âge. Contrairement à une Vespa ou une Camino, vous apprenez également à coordonner l’interaction intensive entre le levier d’embrayage et le sélecteur de vitesse. Et cela, à son tour, est important pour un éventuel passage à une moto plus grosse.

« La vie est belle au guidon de l’X-Ride. Surtout quand c’est le plein été et que les filles de votre âge sont plus intéressées par les appareils dentaires que par votre brèle. »

Vous avez déjà appris à la dure et une 125 vous semble soudain être une sacrée moto. Avoir 18 ans offre des opportunités sur deux et quatre roues. Et c’est exactement ce dont le marché de la moto a besoin : un afflux de jeunes et un public plus jeune. Le MT-5 et les deux Mash sont d’une grande importance à cet égard. Vers l’âge de 16 ans, il y a beaucoup de choses qui se produisent pour la première fois et qui se répéteront toute une vie. C’est agréable lorsque les déplacements sur des deux roues motorisés en font partie.

Vers l’âge de 16 ans, il y a beaucoup de choses qui se produisent pour la première fois et qui se répètent tout au long de la vie. C’est bien si la conduite d’un deux roues motorisé en fait partie.

Fifty

La Mash Fifty est inférieure à la X-Ride dans un certain nombre de domaines. La suspension arrière est plus basique, les freins juste bons – au lieu d’excellents. Le style est également complètement différent, mais c’est une question de goût. Les performances et la construction du quatre-temps de 49 cm3 refroidi par air sont identiques. La position assise est moins généreuse, mais avec le large guidon cross old school, vous avez un excellent contrôle. Bien que l’X-Ride s’inspire quelque peu de la XT500, le style purement rétro de la Fifty ne touchera probablement pas un public aussi large que sa compagne d’écurie. Les adolescents n’ont pas vraiment de style classique. Ils s’identifient au rétro comme les personnes âgées à TikTok.

« Les adolescents ne se soucient pas beaucoup du style classique. Ils s’identifient au rétro comme les personnes âgées à TikTok. »

D’un autre côté, la Fifty est moins chère, et c’est ce qui est important. Pour l’adolescent qui travaille pour se payer son premier cyclomoteur ou le parent qui pense que quelques milliers d’euros représentent beaucoup d’argent. 2 699 euros, c’est un prix correct pour un cyclomoteur de 50 cm3 bien équipé.

La Fifty est un peu plus basique mais possède le même moteur que la X-Ride et coûte moins cher.

Conclusion

Je n’ai aucune idée de ce que vous devrez ou serez autorisé à faire à seize ans en 2022. Mais en fin de compte, beaucoup de choses ne seront pas si différentes de ce qu’elles étaient, disons, il y a 40 ans, lorsque le MT-5 était en vogue. Et Madonna aussi.

Avec l’X-Ride et la Fifty, Mash n’est pas seulement l’un des rares constructeurs à proposer encore une gamme de cyclomoteurs à boîte de vitesse. L’entreprise franco-chinoise a le cran de jouer la carte du 50cc et aucune (autre) marque grand public n’est prête à le faire. C’est dommage, car cette X-Ride et la Fifty montrent que l’on peut encore inspirer les jeunes avec des cyclomoteurs amusants et faciliter la transition vers la moto. C’est plus qu’une simple observation. C’est une nécessité pour quiconque veut encore vendre des motos dans 20 ans.

« Regarde-moi dans les yeux…. »

L’avis des pilotes de ce test

Noah Van Huylenbroeck: « J’ai trouvé que ces deux cyclomoteurs, dans leur configuration standard, se conduisaient de manière assez douce. Nous savons tous que parfois un cyclomoteur est « débridé » à des vitesses qui ne sont pas autorisées par la loi. Et vice versa, certains cyclomoteurs sont un peu trop faibles dans leur version standard. Ces cyclomoteurs vont aussi un peu plus vite que le maximum légal de 45 km par heure, mais c’est peut-être parce qu’il y a un peu de vent arrière. En tout cas, je les ai trouvés agréables à conduire. Je préfère l’X-Ride ».

Matthew Sarasyn: « J’ai eu la chance d’avoir les deux cyclomoteurs dans le garage pendant quelques semaines et si j’avais le choix, je choisirais l’X-Ride. Légèrement plus spacieux, meilleurs freins et je l’ai également trouvé plus confortable, peut-être en raison des dimensions plus grandes mais aussi de la meilleure suspension. Une boîte de vitesse à cinq rapports serait certainement une bonne idée, mais avec les quatre vitesses, elle fonctionne tout aussi bien. Venant d’un vrai cyclo classique, j’ai apprécié d’avoir des extras comme un démarreur électrique et de pouvoir conduire sans me soucier de la qualité de l’essence pour deux temps. Tout ce qui concerne les deux cyclomoteurs Mash est impeccable. Il est naturel de vouloir rouler sur un 50 aussi vite que possible et le Fifty comme l’X-Ride ne bronchent pas d’un poil. En outre, parcourir 100 km me coûte environ 5 euros d’essence. C’est plus économique que mon propre cyclomoteur et je ne dois pas acheter d’huile pour moteur à deux temps. Un autre détail intéressant est que les clignoteurs ne s’allument pas et ne s’éteignent pas, mais qu’ils défillent comme ceux de l’Audi. La classe ! »

Vous optez pour une icône ou une alternative moderne ?

Comme l’un des testeurs utilise une MT-5 de 1982 dans la vie quotidienne comme pour aller à l’école, la question se pose : quel est le meilleur choix ? Les nouvelles et modernes Mash ou l’emblématique Honda. « J’étais tellement habitué à la MT-5 que je n’ai pas pris autant de plaisir à rouler sur la Mash au début », explique Matthew Sarasyn. « Cela peut paraître surprenant, mais beaucoup de mes amis et camarades de classe peuvent apprécier la Honda. Ils savent que c’est un cyclomoteur légendaire, alors c’est plutôt cool. D’un autre côté, je me suis aussi très vite habitué à la qualité des Mash. J’ai eu le luxe de choisir entre les deux modèles et l’X-Ride a été ma préférée. Si je devais choisir maintenant, après quelques semaines de tests, j’aurais du mal à le faire. Mon MT-5 est considéré comme une légende par tout le monde et je peux l’apprécier. Et l’odeur du deux-temps… il y a quelque chose à ce sujet… Mais la Mash se conduit mieux. Et ça freine beaucoup mieux. J’ai toujours ma MT et je vais pouvoir rouler sur la Mash pendant un moment. Le meilleur des deux mondes ! (rires)

Photos: Deadline

Données techniques Mash X-Ride 50 (Fifty 50)

Moteur

Type : monocylindre 4-temps, refroidissement par air

Cylindrée : 49,9 cc

Puissance maximum : 2,8 cv (2,1 kW) à 8000 tr/min

Couple maximum : 3,1 Nm à 5000 tr/min

Boîte de vitesse : 4 rapports

Transmission finale : par chaîne

Partie-cycle

Cadre : acier tubulaire

Suspension avant : fourche télescopique de 35 mm (32 mm)

Suspension arrière : monoshock (deux amortisseurs)

Frein avant : un disque de 220 mm, étrier simple piston

Frein arrière : un disque de 210 mm, étrier simple piston (tambour)

Dimensions

Empattement : 1250 mm (1330 mm)

Poids : 115 kilos (105 kilos)

Hauteur de selle : 820 mm (780 mm)

Réservoir : 10,5 litres (12 litres)

Prix

X-Ride : 3.199 €

Fifty :  2.699 €