Essai nouveauté Peugeot 125 Pulsion RS : Coeur de lion

Par Moto-News 8 juin 2020

Peugeot Motocycles a remplacé l'année dernière son Satelis par le Pulsion, un nouveau GT-urbain aux grandes ambitions. Toujours produit en France malgré la mainmise de l'Indien Mahindra, le Pulsion respire à pleins poumons l'odeur du lion.

Depuis l'annonce en octobre dernier de la vente des dernières parts de Peugeot Motocycles que possédait encore PSA, la plus ancienne marque de moto toujours en activité (naissance en 1898) est passée totalement sous pavillon indien. Aujourd'hui, l'usine historique de Mandeure dans le Doubs ne fabrique plus que le trois-roues Metropolis et le Pulsion. Celui-ci arbore d'ailleurs fièrement l'écusson tricolore bleu-blanc-rouge sur ses flans. Tout l'héritage et le savoir-faire maison se retrouve dans ce scooter premium. Et une odeur de lion plane sans aucune ambiguïté sur le Pulsion franchement inspiré dans ses lignes et sa technicité par le secteur automobile.

Héritage

En regardant la face avant, on ne peut évidemment pas rater le Lion de Sochaux. L'emblème historique de la marque trône en évidence devant la bulle. Comme la calandre d'une voiture, la grille d'aération – en forme de damiers - qui surplombe les optiques, masque le radiateur de refroidissement/moteur. La signature lumineuse des feux diurnes est sans équivoque comme les feux arrières à LED en forme de griffes. Le tableau de bord avec ses cadrans analogiques et son écran TFT de 5 pouces confirme l'ADN automobile de ce scooter. La finition générale est excellente sans pratiquement aucune fausse note. Le centre français de production Peugeot Motocycles n'a décidément pas perdu la main avec environ 70% des pièces produites dans l'hexagone.

Keyless et repérage

L'inventaire du Pulsion continue et au rayon pratique on signalera le grand coffre éclairé sous la selle pouvant accueillir un petit casque jet et un intégral de bonne dimension. Un vide-poche non verrouillable avec prise USB est disposé sur le tablier au même titre qu'un crochet escamotable pour cabas. L'ouverture de la selle et de la trappe à carburant sont à commande électrique. Le Pulsion bénéficie encore d'un système Keyless muni d'une commande de repérage - par clignotement – du scooter en milieu urbain.


Le Pulsion bénéficie encore d'un système Keyless muni d'une commande de repérage - par clignotement – du scooter en milieu urbain.



Les deux béquilles sont aisément utilisables et il est même possible de faire tourner le moteur au ralenti sur la latérale. D'habitude sur un scooter, le coupe-circuit intervient dès que l'on déplie la béquille latérale. Il est donc toujours obligatoire de faire chauffer le moteur, les matins de grand froid, uniquement sur la centrale. A la longue ça devient souvent rébarbatif. Par contre la sécurité n'est pas oubliée car il est impossible d'accélérer (le moteur cafouille) tant que le scoot reste sur sa latérale.

Deux versions

Deux versions du Pulsion sont disponibles au catalogue : la version RS de notre test est équipée d'un pare-brise court mais réglable, d'inserts métallique dans le plancher et d'un guidon naked type moto avec une belle platine en alu gravée. La version dénommée simplement Pulsion reçoit pour sa part un pare-brise haut (également réglable) et un support top-case. Les deux modèles sont équipés de l'écran couleur TFT connecté. Par contre, en France il existe une troisième version plus basique – et moins chère - sans écran TFT qui n'est pas importée chez nous. La hauteur de la selle (790 mm) est dans la moyenne pour la catégorie mais vu sa largeur, elle ne permettra pas à mon mètre septante de déposer les pieds bien à plat au sol. Toutefois le gabarit contenu de ce 125 (165 kg à vide) ne posera aucun problème de manœuvrabilité à la majorité des utilisateurs. Au démarrage, le petit monocylindre est peu expressif et n'émet pratiquement aucune vibration.

Connection en couleur

Le compte-tours inversé confirme une fois de plus l'héritage automobile de ce scooter. Comme l'écran TFT couleur connecté à l'application I-Connect via smartphone qui propose beaucoup d'informations mais aussi un GPS simplifié et l'affichage des appels téléphoniques. Le Peugeot Pulsion est pour le moment le seul scooter 125 a proposé cet équipement. Et il en profite pour commencer à pulser dès que le moteur atteint les 6.000 tr/min. Figurez-vous justement que ce régime/moteur où le système à variateur entre en action correspond exactement à la vitesse constante de 30 km/h. Je pense déjà à tous les usagers urbains qui devront respecter cette nouvelle limitation de vitesse qui fleurit actuellement dans la plupart des centres-villes. Une transmission renforcée ne sera sans doute pas superflue.

Prestations sans surprise

Le moteur Peugeot PowerMotion continue de prendre des tours facilement et bruyamment pour atteindre la vitesse réglementaire – pour combien de temps encore – de 90 km/h à 8.500 tr/min sur nationale. Une petite incartade sur autoroute et le 125 utilise le reste de ses réserves pour plafonner à 10.000 tr/min, le compteur indique 120 km/h (110 au GPS). En descente il sera possible de gagner encore 500 tr/min et le rupteur pour plafonner à presque 130 km/h. Signalons aussi qu'avec le faible kilométrage affiché (moins de 300 km à l'odomètre) le moteur manque encore de liberté.


Avec sa bulle en position haute, le Pulsion offre une protection honnête, l'air est dévié sur la visière du casque.



La situation se "libèrera" sans doute un peu par la suite. A l'inverse de la consommation qui devrait descendre sous la barre des 3 litres annoncée par le constructeur. De quoi fournir une très bonne autonomie avec les 12 litres embarqués. Avec sa bulle en position haute (le réglage demande des outils), le Pulsion offre une protection honnête, l'air est dévié sur la visière du casque. Le tablier fait son office et la place pour les jambes reste correcte pour les petits et moyens gabarits.

Freinage ABS combiné

En fait même si le Pulsion utilise une architecture à tunnel avec une position centrale du réservoir de carburant et de la batterie, on a l'impression d'évoluer sur un scooter à plancher plat. Grâce à la géométrie de son châssis et l'utilisation de petites roues (14 pouces à l'avant et 13 pouces à l'arrière), le Peugeot possède l'empattement le plus court de la catégorie (1.435 mm). Ce qui lui confère une vivacité à toute épreuve et les meilleurs scores de mobilité en ville.

Son dispositif de freinage combiné avec le levier gauche qui commande l'étrier de frein arrière (avec disque de 210 mm) et l'un des trois pistons de l'étrier avant (avec disque de 260 mm) est redoutable. En comparaison le seul frein avant commandé par le levier droit paraît bien fade et manque de mordant. Le conducteur pourra si nécessaire compter aussi sur l'ABS (peu intrusif sur le sec). Notons aussi que ce Pulsion est équipé de pneumatiques Michelin CityGrip qui font référence dans la catégorie. Pour encore plus de sécurité et pour éviter les collisions, le Peugeot est équipé d'un système d'allumage automatique des warning – actif à partir de 50 km/h - en cas de freinage brutal.

Conclusion

Avec son scooter 125 Pulsion, Peugeot Motocycles dispose d'un outil polyvalent qui sera parfaitement à l'aise en ville tout en faisant le job en zone extra-muros. Bien positionné question budget avec un tarif affiché à 4.899 euros comme son concurrent direct XMax 125 également produit en France à Saint-Quentin, ce Pulsion RS à l'avantage de faire valoir sa différence. Une petite touche à la française agrémentée d'un zeste de félin qui en fera rugir plus d'un.

Texte : Pascal Mouton


Les + : originalité, finition RS, écran TFT connecté, freinage couplé, agilité.

Les - : vide –poche non verrouillable, absence de contrôle de traction.


Vous voulez en savoir plus au sujet du Peugeot Pulsion RS ?


Données techniques et prix

Moteur
Type : monocylindre 4T PowerMotion à refroidissement liquide, SOHC 4 soupapes
Cylindrée : 124.8 cm3
Puissance maximum : 14,4 ch (10,6 kW) à 9000 tr/min
Couple maximum : 11,9 Nm à 7000 tr/min
Embrayage : automatique centrifuge
Transmission finale : par courroie

Partie-cycle
Cadre : tubulaire en acier
Suspension avant : fourche télescopique de 37 mm, déb. 95 mm
Suspension arrière : deux amortisseurs réglables, déb. 90 mm
Frein avant : un disque de 260 mm, freinage combiné + ABS
Frein arrière : un disque de 210 mm, freinage combiné + ABS

Dimensions
Empattement : 1435 mm
Hauteur de siège : 790 mm
Poids à vide : 165 kg
Réservoir : 12 litres

Prix
4.899 euros

Gallerie de photos

Réagir

Inscrivez-vous afin de laisser vos commentaires....